Peer-Reviewed Journal Details
Mandatory Fields
Scourfield, J. H. D.
2017
Unknown
Caliban: French Journal of English Studies
Classical Land/scapes: Transformative Geography in E. M. Forster's Early Short Fiction
Published
()
Optional Fields
58
185
202
Tout comme les romans de E. M. Forster publiés en 1905 et 1908 qui évoquent l'Italie, plusieurs de ses contes antérieurs explorent les rapports complexes entre les Anglais et les pays méditerranéens. Cependant il s'agit ici d'une Méditerranée différente, un monde provenant moins du Moyen Âge ou de la Renaissance que de l'Antiquité classique, reflétant tant l'éducation de Forster que ses voyages importants en Italie et en Grèce entre 1901 et 1903. Dans cet article je me propose de considérer la manière dont Forster se sert de constructions de l'espace antique dans deux contes où l'action se déroule dans des endroits isolés de la région méditerranéenne pour remettre en question les usages claustrophobiques de l'Angleterre édouardienne ; dans ces lieux intemporels se trouve la possibilité d'une transformation et d'une évasion au-delà d'une frontière qui limite le désir. Façonné notamment par la poésie pastorale de Théocrite, le paysage de "The Story of a Panic" serait habité non seulement par Pan mais aussi par Dionysos, lesquels peuvent être considérés comme étant également responsables de la libération de Eustace Robinson dans la nature ; l'analyse des contextes littéraires et intellectuels de l'époque aide à mieux comprendre la manière dont Forster exploite ces figures divines. Dans "The Road from Colonus" transformation et délivrance restent inachevées—le potentiel est toujours présent, cependant, dans un paysage où se côtoient à la fois des éléments du locus amoenus pastoral et des aspects du cadre de la mort mystique d'Oedipe dans Oedipe à Colonne de Sophocle. Pourtant le terme "paysage," tel qu'il s'applique à cette construction géographique de Forster, aurait besoin d'être nuancé, car "The Story of a Panic" met en valeur aussi une distinction importante entre, d'une part, la terre solide, capable d'effectuer des transformations puissantes, et, d'autre part, le paysage proprement dit, l'incarnation esthétisée, domestiquée et impuissante de la terre—la civilisation en désaccord avec la vie.
Toulouse
2425-6250
http://pum.univ-tlse2.fr/~no-58-Le-pays-mediterraneen-en~.html
Grant Details